Paroisse Catholique du diocèse de Saint-Étienne

  • News

    Une soirée sur le sens du politique proposée durant le Carême


    Le Conseil Permanent de la Conférence des Évêques de France a publié l'ouvrage : Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique . Dans la perspective des prochaines élections, la paroisse Saint Vincent en Lignon a organisé une réunion publique mercredi 29 mars 2017 au centre culturel de Sail afin de faire découvrir la richesse de ce document. L'intervention était assurée par le père Michel Mounier Michel, prêtre du diocèse de Saint-Etienne, spécialiste des questions politiques, économiques et sociales. En deuxième partie de soirée, deux élus de notre territoire ont témoigné de leur engagement au sein de leur municipalité.

    Père Michel Mounier
    Père Michel Mounier


    "Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique"

    L'ouvrage a été vendu à 5000 exemplaires, signe qu'il répond à un besoin. On peut le lire sans forcément être chrétien.
    En introduction du livre, les évêques de France s'expriment en disant : "Si nous parlons aujourd’hui, c’est parce que nous aimons notre pays, et que nous sommes préoccupés par sa situation. Il ne s’agit pas pour nous d’alimenter la morosité par de sombres constats ; mais, en regardant les choses en face, d’apporter résolument notre pierre, notre réflexion, au débat que notre pays se doit d’avoir. Nous ne sommes pas des spécialistes de la politique, mais nous partageons la vie de nos concitoyens. Nous les écoutons et les voyons vivre. Et ce qui touche la vie de l’homme est au cœur de la vie de l’Église.
    Or, il faudrait être sourds ou aveugles pour ne pas nous rendre compte de la lassitude, des frustrations, parfois des peurs et même de la colère, intensifiés par les attentats et les agressions, qui habitent une part importante des habitants de notre pays, et qui expriment ainsi des attentes et de profonds désirs de changements. Il faudrait être indifférents et insensibles pour ne pas être touchés par les situations de précarité et d’exclusion que vivent beaucoup sur le territoire national (...)

    Aujourd’hui, la situation de notre pays nous conduit à parler de nouveau. Plus que jamais, nous sentons que le vivre ensemble est fragilisé, fracturé, attaqué. Ce qui fonde la vie en société est remis en cause. Les notions traditionnelles et fondamentales de Nation, Patrie, République sont bousculées et ne représentent plus la même chose pour tous. Alors même que l’aspiration au débat est forte, il semble devenu de plus en plus difficile de se parler, les sensibilités sont exacerbées, et la violence, sous une forme ou sous une autre, n’est jamais très loin.(...)

    Tout récemment, en juin dernier, dans la perspective de l’année électorale importante que notre pays s’apprête à vivre, nous avons voulu « appeler nos concitoyens à tenir compte de certains enjeux qui nous paraissent engager notre avenir de façon déterminante . Mais il nous faut aller encore plus loin.

    Au-delà des échéances politiques à venir où les débats de fond risquent toujours de devenir otages
    de calculs électoraux, c’est à une réflexion plus fondamentale sur le politique en lui-même qu’il nous semble urgent d’inviter. Pour un tel chantier, chacun doit s’interroger et prendre ses responsabilités. Nous ne pouvons pas laisser notre pays voir ce qui le fonde risquer de s’abimer gravement, avec toutes les conséquences qu’une société divisée peut connaître. C’est à un travail de refondation auquel il nous faut, ensemble, nous atteler. Mais rien ne pourra se faire sans un regard lucide sur la situation".
     (Site de l'Eglise de France)


    Quelques phrases (et interprétations) du père Mounier d'après l'ouvrage des évêques

    Deux élus de notre territoire sont venus parler de leur engagement
    Deux élus de notre territoire sont venus parler de leur engagement
    En 50 ans, notre pays a connu une profonde mutation. Nous sommes devant un sentiment de déclin de la France, et un sentiment de morosité. Les notions de "patrie", de "nation", sont bousculées. La violence n'est jamais loin dans le débat politique. Les évêques appellent à repenser le sens du politique. 
    Il y a une crise de conscience vis à vis de ceux qui sont chargés de diriger le pays. On entend souvent "ils sont tous pourris !". Il faut soutenir ceux qui sont prêts à s'engager dans un esprit de service. Notre société ne peut se passer du politique.
    Dans le débat politique, le sentiment de joie est premier au détriment de la raison et de l'analyse, comme si notre société manquait d'intériorité. On réagit au "coups de cœur". 
    Les évêques constatent que face à des situations de crise, les tensions peuvent vite monter. Ils s'interrogent sur la responsabilité des médias (notamment les chaînes en continu), qui entretiennent l'angoisse des gens en diffusant sans discontinuer des infos alarmantes.
     Ambivalences et paradoxes de notre société. Les gens n'hésitent pas à réclamer des prestations et se plaignent ensuite des contraintes. 
     Les évêques invitent à retrouver des espaces de créativité. Il y a une sécurité maximale qui freine la créativité. Osons prendre des risque! Nous avons une forte capacité de dynamisme.
    Notre pays est marqué par une immense difficulté à se réformer. C'est le poids du corporatisme (on ne parle pas seulement de syndicats). Chacun défend sa peau. On ne se sent plus lié par l'esprit national.
    On attend tellement qu'on est perpétuellement déçu !
    L'insécurité social : on craint le déclassement, la baisse de notre niveau de vie. Certains ont le sentiment que ceux qui sont au RSA touchent mieux qu'eux. Il  y a sentiment d'injustice vis à vis des sommes faramineuses de certaines personnes.
    L'avenir semble indéchiffrable face à la situation mondiale (tensions, guerres, problèmes écologiques). 
    Les exclus du système doivent être une priorité.
    Il y a une réelle difficulté pour les jeunes d'accéder au travail. Ils restent au seuil de la société.
     Les différences culturelles et la mondialisation peuvent être intéressantes mais conduisent à une insécurité. Qu'est-ce que l'identité française avec la mondialisation ?
    Avec l'immigration, c'est difficile de se constituer un récit national ; de définir ce que c'est d'être citoyen français. Quel récit commun faire ?  Il peut y avoir du communautarisme. Le monde arabo-musulman est perçu comme un danger. On fait une identification entre les musulmans et le terrorisme. 
    Il faut apprendre à vivre ensemble : ce n'est pas d'armures que nous avons besoin, mais de charpente  (qui nous fait tenir debout mais qui n'est pas rigide comme une armure).
    Des jeunes destructurés se convertissent au djiad : qu'est-ce qui n'a pas fonctionné dans leur insertion sociale  ?
    Il y a une crise de l'école. On attend de l'école qu'elle permette à nos enfants de réussir, mais elle ne leur apprend pas à vivre ensemble.

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire

    Sacrements

    Fêtes chrétiennes

    Vivre en Église