Une journée mondiale des pauvres, pourquoi ?

by - 15 novembre

 



Instituée par le Pape François, la 4ème édition de la Journée Mondiale des Pauvres, a lieu dimanche 15 novembre 2020. C'est aussi la journée du Secours Catholique. Voici une prière, quelques extraits du message du pape et une réflexion sur la diaconie.



Prière des acteurs du Secours catholique

Une proposition et lecture de Annie

Lien de la vidéo

Faire un don pour le Secours Catholique ICI en ligne


 

Message des équipes du Secours Catholique

Journée mondiale des pauvres

Le pape François nous dit : « tendre la main aux pauvres est un impératif dont aucun chrétien ne peut faire abstraction ». Mais quel est notre lien avec les pauvres ? La pandémie vécue entraine toute une série de crises où surgissent de nouvelles pauvretés, elle frappe de plein fouet les familles aux revenus modestes, les jeunes précaires, les entreprises fragiles…

Quelles solidarités mettre en œuvre pour éviter un naufrage social ?

En cette journée du secours catholique, nous voici appelés à tendre la main à ceux qui vivent une telle pauvreté, à les rencontrer, à les regarder, à les appeler par leur nom pour leur faire sentir la chaleur de l’amour qui rompt le cercle de la solitude. Mais aussi leurs mains tendues vers nous est une invitation à sortir de nos certitudes.

Dans notre paroisse, notre équipe intervient auprès des plus défavorisés.

Les gens seuls, isolés, faites-vous connaître, nous sommes à votre écoute.

 

Les équipes du Secours Catholique - 06.65.05.33.42

 

Extraits de la lettre du pape François - « Tends la main aux pauvres » 

Une proposition d'Annie

Un sens et un signe

Tendre la main fait découvrir avant tout à celui qui le fait qu'existe en nous la capacité d'accomplir des gestes qui donnent un sens à la vie.Que de mains tendus pouvons-nous voir tous les jours ! Malheureusement, il arrive de plus en plus souvet que la hâte entraine dans un tourbillon d'indifférence, au point que l'on ne sait plus reconnaître tout le bien qui se fait quotidiennement, en silence et avec grande générosité.

Tendre la main est une signe : un signe qui rappelle immédiatement la proximité, la solidarité, l'amour, maint tendue de l'infirmier et l'infirmière, ceux qui travaillent dans l'administration, le bénévole (…) . Et combien d'autres mains tendues que nous pourrions décrire jusqu'à en composer une litanie des œuvres de bien. Toutes ces mains ont défié la contagion et la peur pour apporter soutien et consolation.

Ce moment que nous vivons a mis en crise beaucoup de certitudes (….) Nos richesses spirituelles et matérielles ont été remises en question et nous avons découvert que nous avions peur. Nous avons muri l'exigence d'une nouvelle fraternité, capable d'entraide et d'estime réciproque. C'est un temps favorable pour « reprendre conscience que nous avons besoin les uns des autres, que nous avons une responsabilité vis-à-vis des autres et du monde(....) Cette destruction de tout fondement de la vie sociale finit par nous opposer les uns aux autres, chacun cherchant à préserver ses propres intérêts : elle provoque l'émergence de nouvelles formes de violence et de cruauté, et empêche le développement d'une vraie culture de protection de l'environnement ». (lett.enc. Laudato Si', n.229).

Avec l'aide la Vierge Marie

« Tends la main au pauvre » fait ressortir, par contraste, l'attitude de ceux qui tiennent leurs mains dans leurs poches et ne se laissent pas émouvoir par la pauvreté, dont ils sont souvent complices. L'indifférence et le cynisme sont leur nourriture quotidienne. Quelle différence par rapport aux mains généreuses que nous avons décrites !

Que sur ce chemin quotidien de rencontre avec les pauvres nous accompagne la Mère de Dieu, qui plus que tout autre est la Mère des pauvres. (….)

Que la prière transforme la main tendue en une étreinte de partage et de fraternité retrouvée.

 

Message du pape pour la 44ème journée mondiale des pauvres "Tends ta main au pauvre" (Si7, 32)

 


Réflexion

Claude Frische, diacre et délégué diocésain à la Diaconie pour le diocèse de Chartres propose une réflexion/méditation intéressante sur le thème : “Être au service des plus pauvres”

Lire la réflexion sur le site du diocèse de Chartres 

► ou document PDF

 

Extraits

Comment se dire chrétien, comment participer à l’eucharistie sans aller à la rencontre de l’autre différent, ceux que l’on ne voit pas, les invisibles, les sans-logis, sans ressources ou si peu, les sans famille, les plus faibles ? « Il n’y a pas d’exclus pour la fête dit le Seigneur ». C’est un appel à changer notre regard et à la conversion pour aller apporter écoute, entraide et réconfort à celle ou celui qui est dans le besoin : le malade, le prisonnier, le SDF, celui qui n’est pas de mon milieu social, celle qui est de milieu populaire.
La diaconie, c’est avant tout aller plus loin que de glisser une pièce dans la main d’une personne accroupie sur le trottoir pour vivre ou survivre. Ce n’est pas qu’il ne faut pas le faire mais tout comme donner à manger, cela ne suffit pas.
La diaconie, c’est vivre la fraternité d’action vers les exclus et leur proposer le Christ. Non pas un Christ théorique enseigné au catéchisme ou dans des milieux restreint et initiés mais un Christ incarné dans leur vie même la plus misérable qui est au cœur de Dieu. « Que celui qui a deux tuniques partage avec celui qui n’en a pas, et que celui qui a de quoi manger fasse de même. » (Luc 3.11)

La diaconie c’est être au service des plus pauvres, 




Vous aimeriez aussi

0 Comments

Merci pour votre commentaire